Maintien de la fertilité, engrais et amendements

Engrais et amendements

Les amendements sont des apports qui structurent et nourrissent le sol, en opposition aux engrais destinés à alimenter la seule plante cultivée. Les engrais rendent la culture dépendante de l’homme, celui-ci se substituant à la vie du sol pour combler les besoins des plantes. Le paysan est ensuite obligé de protéger les plantes de leur environnement par des pesticides alors que le système naturel devrait remplir ce rôle.

Amendements

Les amendements sont des apports qui structurent et nourrissent le sol, en opposition aux engrais destinés à alimenter la seule plante cultivée. Les engrais rendent la culture dépendante de l’homme, celui-ci se substituant à la vie du sol pour combler les besoins des plantes. L’agriculteur est ensuite obligé de protéger les plantes de leur environnement par des pesticides alors le système naturel devrait remplir ce rôle.
Voici un classement des matières organiques naturelles que le jardinier permaculteur peut apporter pour nourrir son sol et ses plantes.
Dans une éthique de non travail du sol, ces matières doivent être disposées à même le sol ou légèrement incorporées dans les premiers centimètres lors de la mise en place de la zone de culture.
Du plus dur (ligneux) au plus tendre
Le bois mettra très longtemps à se décomposer sauf s’il est réduit en sciure. Il favorisera le développement des champignons (culture de pleurotes possibles), peut servir de paillage durable
Le Bois Raméal Fragmenté (BRF) est le broyat des petites branches de l’année . Il est riche en lignine mais également en sucres. Incorporé à l’automne dans les premiers centimètres du sol il booste la vie du sol. Une faim d’azote peut avoir lieu au printemps.
La paille servira de paillage protégeant le sol des rayons du soleil donc du dessèchement et de la levée des adventices (plantes non désirées)
Le foin se décomposera plus vite et nourrira plus rapidement le sol. 20 cm en couche permanente permettent de très bons résultats au potager (« Le potager du paresseux »).
La tonte d’herbe est très azotée, peut servir de paillage en fine couche, attention au pourrissement qui peut bloquer l’air et créer une asphyxie du sol
Le compost de déchetterie a été produit en montant à forte température (70°C) sous l’action de bactéries. Il est inerte, exempt de vie et de graines. Il va agir comme un engrais rapidement assimilable par les plantes mais ne stimulera pas la vie du sol. La montée en température correspond à une perte d’énergie qui aurait pu profiter à la vie du sol
Le vermicompost correspond au compost des jardinier produit principalement par l’action des vers de terre épigées. Rapidement assimilable et plein de vie, il agira comme un levain pour le sol
Le fumier animal de vache, de cheval, de poule, de lapin… est très riche en azote et agira comme un engrais, il stimulera la vie microbienne et nourrira directement les plantes. A apporter avec mesure aux plantes très gourmandes (rhubarbe, courges, artichaut…).

De manière générale, le meilleur apport est celui qui est disponible gratuitement sur place.

Apport annuels

Selon Laurent Welsch et Konrad Schreiber du réseau Maraîchage Sol Vivant, une fois la fertilité revenue, il convient d’apporter 2kg par an de matière « équivalent paille » par m².

Une réponse sur “Maintien de la fertilité, engrais et amendements”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *